La Polyarthrite Rhumatoïde en chiffres et réalités – première partie

polyarthrite rhumatoïde

La PR, la PR, ok… mais encore? Qu’est ce qu’une Polyarthrite Rhumatoïde, en fait?

Infographic on PR
Et bien c’est tout simple. La Polyarthrite Rhumatoïde est une maladie auto-immune qui a pour concept étonnant de confondre protection et attaque. La blagounette.

Auto-attaque des organes comme le coeur, les poumons, ou encore les muscles, les cartilages ou les articulations. La Polyarthrite est douloureuse et handicapante, mais ça, chers amis, ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Attention, suspense :-)

 

polyarthrite rhumatoïde

 

La Polyarthrite est difficile à diagnostiquer car la sévérité des symptômes varie selon les patients. Douleurs, raideurs, inflammations…. mais aussi fièvres, anémie, fatigue, perte de poids (oh wait!), etc…. Ce n’est qu’en confrontant l’examen clinique aux examens sanguins que le diagnostic peut être établi.

 

polyarthrite rhmatoïde

Aux Etats-Unis, on compte 1.3 millions d’américains atteints de PR. Je n’ai pas de chiffres récents pour la France, aux dernières nouvelles de 2011, il y avait environ 200 000 cas.

Les femmes sont 2 fois et demi plus souvent touchées que les hommes, ce qui pourrait expliquer le rôle que jouent les hormones dans cette pathologie.

La PR démarre généralement entre 30 et 60 ans chez les femmes (plus tard chez les hommes) – moi c’était jackpot, le diagnostic est tombé alors que j’avais 5 ans.

 

polyarthrite rhumatoïde

Mais les choses se corsent quand on sait que la polyarthrite rhumatoïde augmente drastiquement les risques de crise cardiaque (+60%) et d’AVC. Sans oublier qu’elle attaque également les  poumons, le coeur, les yeux, la peau, ou encore le sang.

Les infections, elles, sont responsables de la mort de 25% des patients atteints de PR.

Enfin, il faut savoir que la polyarthrite rend les gestes les plus anodins, pas si anodins. Sortir du lit le matin, se laver les cheveux, s’habiller, éplucher une carotte, ouvrir une boite de conserve, ramasser une pièce tombée à terre, promener son chien, se brosser les dents, ouvrir une bouteille d’eau, j’en passe et des meilleures.

 

WTF

Mais alors, faut-il pour autant devenir dépressif?

Le raccourci est vite fait, je vous l’accorde mais la réalité est là. Les personnes atteintes de PR travaillent généralement moins, perdent leur job, ont une vie sociale fade, hésitent – lorsqu’elles ne renoncent pas – à fonder une famille, etc, etc.

ALORS?

 

Je dis NON…. évidemment! Quelle idée saugrenue.

Je vous dirai dans la deuxième partie de ce billet, mes méthodes, mes astuces, et mes combines pour vivre bien et plutôt sereinement avec une polyarthrite rhumatoïde, des astuces qui s’appliquent d’ailleurs à la plupart des personnes atteintes d’une maladie chronique.

Ce teasing… 😉

Pour suivre les actualités de la Vie en PR et toutes les nouveautés en temps réel, n’oubliez pas de rejoindre La Vie en PR sur Facebook

 

Leave a Reply